06 janvier 2013

la couleur des sentiments

gpqkgwni

                                                                                                De Kathryn Stockett

Quatrième de couverture :

En 1962, à Jackson, Mississipi, chez les Blancs, ce sont les Noires qui font le ménage et élèvent les enfants. sans mot dire, sous peine de devoir prendre la porte. Est-ce le cas de Caroline, l'employée des Phelan, dont on n'a plus aucune nouvelle ? Mais franchement qui s'en soucierait ? Ses amies, Minny et Abilleen, et surtour Skeeter, la propre fille des Phelan. La jeune étudiante blanche et les deux employées noires vont lier une alliance imprévisible pour "comprendre". Passionnant de bout en bout, "la Couleur des Sentiments" a déjà conquis plus de deux millions de lecteurs, dont Steven Speilberg qui en a acquis les droits : l'adaptation cinématographique sort en août aux Etats-Unis.

Mon Avis 

Le livre est paru y’a longtemps mais je ne suis tombé dessus que récemment par hasard sur un blog .C’est une merveille  attrayant et attachant à la fois qui nous apprend des valeurs simple en apparence mais ayant un grand impact dans nos vies 

Le sujet est traité avec délicatesse par quelqu’un qui a le vécu de cette époque,dans l’Amérique profonde ,les personnages se mettent à vivre sous vos yeux .

aibillen , minny et skeeter les personnages clés que tout séparent au départ mais au fur et mesure un lien très fort va se tisser.leurs histoires sont à la fois passionnante et émouvante.Elles se sont battues à leurs façons pour un monde meilleur. Du courage ,de la bonne volonté chez nos personnages ont fait naître l'envie de changement, l'espoir d'être libre un jour 

on sent à travers ce livre la souffrance, la ségrégation, le non respect  dont ont été victimes les gens de couleurs. 

Citations du livres 

« Je suis revenue à la maison ce matin-là, après qu’on m’a renvoyée, et je suis restée dehors avec mes chaussures de travail toutes neuves. Les chaussures qui avaient coûté autant à ma mère qu’un mois d’électricité. C’est à ce moment, je crois, que j’ai compris ce qu’était la honte, et la couleur qu’elle avait. La honte n’est pas noire, comme la saleté, comme je l’avais toujours cru. La honte a la couleur de l’uniforme blanc tout neuf quand votre mère a passé une nuit à repasser pour gagner de quoi vous l’acheter et que vous le lui rapportez sans une tache, sans une trace de travail. »

«N’était-ce pas le sujet du livre ? Amener les femmes à comprendre. Nous sommes simplement deux personnes. Il n’y a pas tant de choses qui nous séparent. Pas autant que je l’aurais cru. »

«Dire merci quand on le pense pour de bon, quand on se rappelle que quelqu'un a vraiment fait quelque chose pour vous, ça fait tellement de bien.»

«J'ai envie de crier assez fort pour que Baby Girl m'entende, de crier que sale, c'est pas une couleur, que les maladies, c'est pas les Noirs. Je voudrais empêcher que le moment arrive - comme il arrive dans la vie de tout enfant blanc - où elle va se mettre à penser que les Noirs sont moins bien que les Blancs.»

Posté par lydia_d à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur la couleur des sentiments

Nouveau commentaire